Votre navigateur a besoin d'être mis à jour afin de profiter de toutes les fonctionnalités du site web d'Eneo Cameroon.

Firefox, Internet Explorer, Chrome, Safari

Entretien avec le Chef de la Centrale de Limbé Georges Samuel Njoh Njoh

La Centrale Thermique de Limbé est mise en service en 2004 avec une puissance installée de 85MW, soit 17MW pour chacun des cinq (05) Groupes 18V46 de marque Wartsila


Qu’est ce qui a conduit au plan de réhabilitation de la Centrale, quel était le problème?
La Centrale Thermique de Limbé est mise en service en 2004 avec une puissance installée de 85MW, soit 17MW pour chacun des cinq (05) Groupes 18V46 de marque Wartsila. Elle a alors une puissance disponible de 82MW. A partir de 2012 on a noté une baisse graduelle de la puissance disponible, qui atteint le seuil le plus bas en 2014, soit 38MW avec quatre (04) Groupes disponibles. Cette diminution de la puissance disponible a plusieurs causes dont les plus importantes étaient le mauvais refroidissement dû à la corrosion avancée à l’intérieur et à l’extérieur des radiateurs et de la tuyauterie, le retard de maintenance (grosses visites de 24000 heures pas faites sur 04 machines qui avaient déjà atteint en moyenne 33300 heures de marche, les 36000 heures pas faites), la mauvaise qualité de l’eau de refroidissement sans une centrale de traitement d’eau. Ces problèmes ont entrainé de graves conséquences sur les équipements, dont plusieurs ont été dégradés, ce qui occasionnait un dérate (baisse de puissance) de près de 04 MW sur chaque Groupe. La remontée de la puissance de la Centrale à 85MW nécessitait alors de gros moyens, un gros investissement, d’où la réhabilitation de la Centrale. 


Quel était l’état de la centrale avant, son niveau de contribution au Grid Dispatch ?
Comme le montre la courbe ci-dessous, en 2013 nous avions une puissance disponible de 64.5MW, en 2014 nous avions achevé l’année à 38MW.

En 2015 une nouvelle équipe est nommée à la Centrale, elle entreprend de nettoyer les radiateurs des Groupes et entretenir certains organes mécaniques par les agents de la Centrale. Quelques culasses et les turbocompresseurs du Groupe 011 sont réparés par des prestataires. Ceci nous a permis de remonter un peu en puissance et d’atteindre le seuil de 52 MW disponibles. Nous avions ainsi 51 MW disponibles à injecter dans le RIS avant le projet de réhabilitation, avec les quatre (04) Groupes disponibles.


Quel a été le rôle joué par les agents ? 
Nous avions la responsabilité de ramené le Groupe 011 de 12MW à 16 - 17MW comme tous les autres Groupes, ce que nous avons fait. Nous devrions encadrer le projet et nous rassurer de la quantité et la qualité des pièces de rechange livrées, s’assurer de l’effectivité des travaux suivant les règles de l’art, apporter notre expertise technique pour surmonter les difficultés techniques du projet, noter avec précision ce qui s’est fait durant les travaux pour les maintenances et les générations futures, tout ceci sans accident. Il y avait aussi des collègues des autres Centrales/Unités qui sont venus nous prêter main forte, notamment les Centrales d’Oyomabang, Logbaba et le Département de maintenance Centre Sud de la SDMC (Mefou).


Qu’est-ce qui a changé après la réhabilitation ?
La Centrale est revenue à 85MW avec des systèmes de technologie avancée. 85 MW, soit 17 MW par Groupe. Mais , nous l’exploitons à 80MW comme recommandé en marche continue avec le fioul lourd. Les séparateurs d’huile et de fuel ont été remplacés. Les radiateurs ont été remplacés avec insertion d’un système de lavage semi-automatique pour empêcher le dépôt du sel marin, ce qui n’existait pas avant. Une centrale de traitement d’eau de refroidissement a été installée, ce qui n’existait pas avant. Une version plus évoluée du système de supervision a été installée. Un système de régulation de tension plus évolué a été installé sur chaque Groupe. Le personnel (Responsables technique et techniciens) reprend l’exploitation de la Centrale avec une grosse expérience et beaucoup de connaissances..

Que faut-il faire d’après vous pour la maintenir en état ?
Pour maintenir la Centrale en état Il faut :
- Implémenter les bonnes pratiques par le respect des procédures et consignes d’exploitation et de maintenance des équipements ;
- Suivre rigoureusement les calendriers de maintenance préventive et introduire la maintenance conditionnelle suivant les paramètres d’exploitation ;
- Suivre les approvisionnements des consommables et pièces de rechange ;
- Appliquer rigoureusement les méthodes de l’Asset management (performance monitoring, contigency/recovery plan, Management of change (MOC), Root Cause Analysis, Oportunity analaysis, training, life cycle management…) ;
- Recycler en continu le personnel dans les nouvelles techniques d’exploitation et maintenance;
- Renforcer les équipes techniques – soudeurs/Tuyauteur/chaudronner pour prévenir la corrosion, des ingénieurs et techniciens de maintenance ;
- Migrer les exploitants vers le métier des opérateurs d’exploitation et maintenance ;
- Fidéliser le personnel.

Comment faites-vous pour qu’elle soit si…propre ?
Quatre choses :
- Inspection périodique et étanchéité pour réduction des fuites de fluides (eau, huile, fuel) ;
- Mise sur pied d’une équipe de maintenance exploitation qui a pour rôle de suivre les équipements et les maintenir à l’état propre ;
- Sous l’impulsion du DP, nous avons une politique 5S et faisons le housekeping tous les vendredis matin pendant deux (02) heures de temps ;
- Formation et rigueur auprès de tous de laisser propre tout espace trouvé propre (atelier, chantier, …).


image
SUIVI DE VOS DEMANDES

Evolution et devis électronique

image
FACTURE ELECTRONIQUE

12 Derniers mois & Alertes emails

image
RÉCLAMATIONS EN LIGNE

Suivi et relance

image
TRAVAUX & INCIDENTS

Programme par ville et quartier

ALERTES ENEO

Recevez nos Alertes en temps réel:

(Factures ; Impayés ; Travaux et Incidents)

RESTEZ CONNECTES

Retrouvez Eneo sur les réseaux sociaux

APPLICATIONS MOBILES

Smartphones & Tablettes