Visite : Dr Basile Atangana Kouna à la Centrale de Lagdo ce 29 mai 2017

Le Ministre de l’Eau et de l’Energie, Dr Basile Atangana Kouna vient d’effectuer une visite de travail au barrage hydroélectrique de Lagdo.

 Monsieur le Secrétaire Général de la
Région du Nord, représentant le
Gouverneur empêché ;
 Monsieur le Secrétaire Général du
Ministère de l’Eau et de l’Energie ;
 Monsieur le Préfet du Département
de la Bénoué ;
 Monsieur le Directeur Général de la
société ENEO ;
 Messieurs les Directeurs Généraux
de sociétés ;
 Monsieur le Délégué Régional de
l’Eau et de l’Energie du Nord
 Monsieur le Maire de la Commune de
Lagdo ;
 Mesdames et Messieurs,

C’est avec un plaisir particulier que je renoue avec cette belle ville de Garoua et surtout que je me retrouve pour la première fois, dans l’enceinte de l’aménagement hydroélectrique de Lagdo.

Je ne voudrais pas faire un discours mais dire juste quelques mots sur le contexte et vous préciser les mesures que le Gouvernement implémente en ce moment ou entend le faire, pour disponibiliser davantage l’énergie pour nos populations.

Ainsi, comme vous devez le savoir, la Centrale de Lagdo est un ouvrage mythique sur lequel repose le Réseau Interconnecté Nord (RIN), au même titre que celui de Song
loulou et d’Edéa, qui constituent la base de la production de l’électricité dans le Réseau Interconnecté Sud (RIS).

Mais avant de poursuivre mon propos, permettez-moi de remercier les autorités administratives ici présentes, qui ont bien voulu être à mes côtés depuis hier, dans le cadre de cette visite de travail. 

Je voudrais également dire merci aux précédents orateurs pour les mots bienveillants prononcés à notre endroit, et surtout sur les précisions techniques fournies, dans la perspective de mieux étayer notre compréhension du problème de la centrale de Lagdo, et partant, de toute la problématique de l’électricité dans les trois Régions septentrionales.

Je n’aurai garde d’oublier de mentionner l’accueil chaleureux qui m’a été réservé depuis hier à mon arrivée, jusqu’à ce matin.

En tout cas, merci beaucoup pour votre sens élevé d’hospitalité et de générosité.

Mesdames;
Messieurs,

Comme l’a si bien relevé le Directeur Général de la société ENEO, dans son propos, la Centrale de Lagdo a toujours été et demeure d’ailleurs la seule source de production d’énergie électrique dans le Réseau Interconnecté Nord.

Ainsi donc, l’objet de ma visite de travail de ce jour, se justifie par les préoccupations que connait cette centrale, ce qui impacte directement sur production que nous rencontrons dans le Réseau Interconnecté Nord.

En effet, je suis certes venu m’enquérir de la situation de ladite Centrale mais davantage pour rassurer les populations des Régions septentrionales que le problème est bien identifié, et les solutions sont en cours d’implémentation.

Je ne voudrais pas également manquer de saisir cette occasion pour évacuer une fois pour toute, qu’il ne s’agit guère d’un problème de négligence ou d’entretien de la Centrale de Lagdo, comme certains semblent se plaire à dire certains.

En effet, nous sommes là, en présence d’un ouvrage qui a 35 ans d’âge, du moment où il a été construit en 1982. Les effets de vieillissement commencent à se faire ressentir, en même temps que les Experts nous disent qu’il peut y avoir également un phénomène naturel, celui de l’ensablement.

Ayant donc été mis au courant de la situation, j’ai fait réaliser une étude de réhabilitation complète de la Centrale, avec pour option de faire passer sa capacité de 72 MW à 80 MW. Le coût prévisionnel affiché de cette opération, est de 100 milliards de francs CFA.

Des démarches sont en cours au ministère chargé de l’économie, pour la recherche de ce financement. J’ai moi-même accompagné Monsieur le Premier MinistreChef du Gouvernement, en Chine pour présenter ce Projet à une banque chinoise, la ICBC pour ne pas la nommer.

Je voudrais par là, démontrer que la volonté du Gouvernement, sous la très haute impulsion du Chef de l’Etat, Son Excellence Paul BIYA, est incontestable dans le cadre de la recherche des solutions au problème d’électricité dans le RIN. Je sais que cela peut prendre un peu de temps mais des solutions à court, à moyen et à long termes existent.

Tenez par exemple, lorsqu’en 2015 et en 2016, nous avons constaté la mauvaise hydrologie sur ce versant, j’ai directement instruit la société ENEO, pour qu’elle démobilise un module de 20 MW de la Centrale d’Ahala à Yaoundé, pour le remonter à Djamboutou à Garoua. Cette solution fonctionne très bien et permet aujourd’hui de réduire le déficit constaté.

En dehors de cette solution qui est déjà mise en place, je voudrais vous annoncer que le Concessionnaire ENEO, va installer et rendre opérationnelle, au plus tard au mois de juillet 2017, une Centrale thermique de 10 MW à Maroua. Tous les contrats y afférent ont d’ores et déjà été conclus avec la société Aggreko.

Dans le moyen terme, la société ENEO va construire deux centrales solaires à Maroua et à Guider, d’une capacité respective de 15 et 10 MW, soit 25 MW au total. Les procédures de contractualisation des entreprises sont déjà en cours.

Toujours dans le même sens, le Conseil d’Administration de cette même société vient de l’autoriser à construire une autre centrale solaire à Ngaoundéré. Les dossiers y relatifs sont en préparation.

Mesdames;
Messieurs,

Toutes les mesures que je viens de citer plus haut, visent notamment à gérer le déficit actuel. Mais pour une solution durable, le Gouvernement exécute en ce moment deux importants projets qui vont résoudre de manière durable le problème d’électricité dans le RIN.

Le premier projet concret que je voudrais évoquer ici, est le Projet Bini à Warak dans l’Adamaoua. Il apportera 75 MW au réseau Nord, soit à lui seul, plus de la capacité demandée actuellement à la pointe. Donc en réalité, avec la mise en service prochaine de cet aménagement, le RIN devrait être largement excédentaire en matière de capacité d’énergie installée.

Mais ce n’est pas tout. Avec l’accompagnement de la Banque Mondiale, nous envisageons connecter les Réseaux Interconnectés Sud et Nord. Ce qui permettra un échange d’énergie et une plus grande marge de manoeuvre dans l’approvisionnement en électricité.

Enfin, l’ensemble des dossiers techniques de la réhabilitation du barrage de Lagdo sont disponibles et n’attendent que le financement. Donc en réalité, dès que le Gouvernement se serait entendu avec un ou des investisseurs à ce sujet, les travaux pourront démarrer le plus rapidement possible.

Aussi, avec toutes ces mesures, il est possible de penser à un lendemain meilleur. Je sais que la situation est effectivement difficile en ce moment, mais il faut encore un peu de patience.

Le Gouvernement ne ménage aucun effort pour trouver des solutions aussi bien immédiates que pérennes aux problèmes d’électricité au Cameroun. Nous y travaillons jour et nuit, mais soyons clair, il n’y a pas d’autres solutions que de multiplier les sources de production et même de les diversifier, dans le cadre d’un mix énergétique. C’est ce qui est en train d’être fait.

C’est pourquoi, je voudrais, pour clore mon propos, remercier en particulier, les populations des trois Régions Septentrionales, et en général, celles du Cameroun tout entier, pour leur résilience. Malgré la situation délicate et surtout les sirènes de la désinformation, vous avez su garder l’esprit républicain.

C’est la meilleure attitude du moment où nous voulons construire quelque chose de durable dans ce secteur. Une réforme vaste et complète est en cours. Les résultats, c’est
peut être pas tout de suite, mais c’est dans un horizon proche. Lorsque nous auront finalisé tous nos projets, nous pourrons très bientôt tourner aisement en équilibre offres et demande.

Pour l’instant, je voudrais demander à la société ENEO de tenir sa part d’engagements, en conduisant à terme, tous les projets susmentionnés et dans les délais requis.

Ce que je note avec satisfaction, c’est que d’ici le mois de juillet 2017, c'est-à-dire dans environ deux mois, il y aura un léger mieux. En 2018, il est attendu également d’autres améliorations pour le bien être de nos populations.

C’est donc sur cette note d’espoir et surtout d’assurance que je voudrais encore une fois de plus, remercier tous les acteurs pour leurs apports multiformes.

Ainsi, comme l’a si bien instruit le Chef de l’Etat, Son Excellence Paul BIYA, la bataille de l’énergie, nous devons la gagner, la gagner ensemble, pour un Cameroun émergeant à l’horizon 2035.

Je vous remercie pour votre bienveillante attention./-